Phénomène assez inhabituel pour un projet quasi-institutionnel puisque sous couvert de l’OSGeo, le développement de  MapBuilder vient d’être arrêté par son comité de pilotage. Les raisons invoquées sont d’une part l’aboutissement technique de la solution, désormais stable, complet et conforme aux standards; d’autre part la concurrence féroce livrée, bien involontairement, par OpenLayers, tant au niveau des utilisateurs que des développeurs. De ce que j’en constate, c’est aussi la fin d’un modèle de produit de webmapping, associant étroitement les environnements client et serveur. Comme Cartoweb, remplacé par le plus flexible MapFish (qui utilise également OpenLayers), MapBuilder était un produit tout en un, où un client spécifique communiquait avec un serveur idoine. Or, la diffusion des standards (WMS, WFS, mais aussi GeoRSS ou GeoJSON) exige du client que celui-ci soit indépendant d’une quelconque configuration serveur, pour peu que celui-ci puisse lui communiquer des flux répondant aux normes. MapFish client et MapFish serveur sont ainsi deux environnements complètement indépendants, même s’ils sont associés sous une même appellation.

De même, dans mes récents développements pour le Grand Toulouse, j’ai utilisé un framework Python (Django) sur le serveur (mais ça aurait pu être Symfony, enfin, presque…), et le même client que tout le monde, OpenLayers. L’intérêt d’OpenLayers, et la principale raison de son succès (voir aussi l’API du Géoportail…), est qu’il sait se faire oublier tout en pouvant intégrer une quantité de types de données impressionnante.

De ce fait, la récente intégration de GeoDjango dans la version principale de Django ouvre des perspectives plus qu’intéressantes. Outre le fait de pouvoir disposer du meilleur framework actuel (sans exagérer bien sûr, cf le lien plus haut), la possibilité ainsi offerte de manipuler (lire, interroger, croiser…) les données géographiques à partir d’un ORM est très séduisante car elle répond aux besoins du moment : stocker la donnée au meilleur format possible (PostGIS, what else ?) pour la diffuser sous quelque format que ce soit (XML, GML, GeoJSON, KML…) pour s’adapter à son contexte d’utilisation.

Certains durent d'autres pas…
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.