Si MapServer permettait déjà de publier des services de visualisation à la mode INSPIRE (voir ici pour la doc.), il n’en était encore rien pour les services de téléchargement (Download Services) alors que GeoServer proposait ce complément depuis déjà quelques temps. L’absence de cet étage clé de l’édifice INSPIRE risquait ainsi de faire se détourner de MapServer bien des utilisateurs publics européens dans un futur proche, même si la possibilité encore offerte par la directive de passer par un téléchargement statique ou le format ATOM permettait de passer outre l’absence du WFS 2.0 dans MapServer.

Le service de téléchargement à la mode INSPIRE repose en effet sur trois pilliers : le WFS 2.0 d’une part (ISO 19142), le FE 2.0 d’autre part (ISO 19143, FilterEncoding, pour exprimer les filtres au sein des requêtes) et les spécificités INSPIRE enfin, parmi lesquelles le paramètre « language » et la publication de métadonnées complémentaires (les fameuses « ExtendedCapabilities) qui peuvent être, au choix des Etats membres, soit intégrées au document de capacité du service WFS, soit publiées ailleurs, cet ailleurs étant indiqué via une MetadataURL pointant vers un service de découverte. Tout cela pour dire qu’une telle implémentation n’a rien de triviale et que son intérêt ne touchant qu’un public européen, elle ne suscitait que peu d’enthousiasme auprès de la communauté très américano-centrée en charge de MapServer.

Mais grâce à un financement du BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières français, c’est désormais chose faite. Even Rouault, talentueux développeur très actif au sein de la communauté GDAL/OGR, s’est chargé de cette mission, et a réalisé le développement de ces fonctionnalités désormais intégrées à la branche « master » de MapServer sur Github. Elles seront donc disponibles dès la prochaine publication d’une version stable (la 7.0 sans doute). Les modalités de cette implémentation sont décrites dans cette RFC. Elles permettent de passer les tests CITE BasicWFS et SimpleWFS, et intègrent le minimum requis pour FilterEncoding. De même, les deux scénarios INSPIRE sont couverts, au prix d’un certain foisonnement des éléments à renseigner dans le Mapfile :

"wfs_inspire_capabilities" "url"
"wfs_inspire_metadataurl_href" "http://inspire.service/metadata"
"wfs_inspire_metadataurl_format" "application/vnd.ogc.csw.capabilities.response_xml"
"wfs_inspire_dsid_code" "mycode"
"wfs_languages" "eng"

On ne peut que souligner et se féliciter du dynamisme des acteurs français dans le domaine des logiciels libres pour le géospatial (les FOSS4G, ou Free and OpenSource Software for Geospatial) puisque financement et développement ont été ici trouvés dans l’hexagone (cela avait déjà été le cas pour le WFS INSPIRE dans GeoServer puisque l’IGN en avait été le financeur). Thomas Bonfort, de Terriscope, assure par ailleurs toujours le rôle de Release Manager pour MapServer, ainsi que de nombreux développements portant sur le rendu graphique (PNG lissés, labels améliorés, symbologie complexe) à l’initiative de MétéoFrance par exemple. Même s’il reste un produit nord-américain, MapServer dispose ainsi d’une belle équipe française, tant développeurs que financeurs, à laquelle on doit la plupart des récentes innovations.

Nul doute que tous les utilisateurs européens de MapServer seront enthousiastes et soulagés par cette évolution majeure de leur serveur cartographique préféré. Néanmoins, il faut souligner que si MapServer peut désormais publier des services de téléchargement INSPIRE pour des jeux de données quelconques, il n’y a pour l’heure aucun support particulier des modèles de données complexes liés à la directive. En effet, pour chacun des thèmes des annexes INSPIRE, différents modèles de données sont supposés être utilisés, avec des structures parfois très élaborées. Il ne s’agit pas de données « à plat » comme celles issues d’une simple table de base de données ou d’un Shapefile où pour chaque enregistrement on a un certain nombre d’attributs et une géométrie. Il s’agit de modèles relationnels et hiérarchisés dans lesquels plusieurs éléments peuvent être imbriqués. N’ayant rien de génériques, ils supposent l’utilisation d’une structure de données particulières (c’est d’ailleurs ainsi que Deegree, un des seuls serveur WFS à publier les modèles complexes, opère : il impose une structure de base de données spécifique). La génération d’un document GML correspondant implique ainsi le parcours de plusieurs tables et l’écriture des blocs et sous-blocs correspondant. Pour ces besoins là, des développements complémentaires seront donc nécessaires. Mais les fondations sont désormais là pour les accueillir.

 

MapServer et Service de téléchargement INSPIRE
Étiqueté avec :        

Une pensée sur “MapServer et Service de téléchargement INSPIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.