Depuis ce matin sur les étals du geoweb frétille un nouveau specimen dénommé MapFish. Avec pour emblème une magnifique croquette de poisson pané (!) c’est sous ce nom que CartoWeb4, présenté en septembre au FOSS4G, se présente désormais, Cartoweb restant le nom de la branche 3, toujours maintenue depuis la sortie de la version 3.4 fin septembre.

Egalement sponsorisé par CampToCamp, il est vrai que MapFish n’a pas grand’chose à voir technologiquement avec Cartoweb, même si la finalité reste la mise en oeuvre rapide d’applications cartographiques. De fait, MapFish se veut être le chaînon manquant entre la qualité d’un client carto comme OpenLayers et la puissance de traitement qui fait une vraie application de cartographie en ligne. Ceci se fait en deux temps :

– d’une part un client web qui s’appuie sur OpenLayers tout en y juxtaposant des widgets graphiques issus du fascinant framework javascript extjs. On peut ainsi avoir une légende un peu plus raffinée que la simple liste des couches d’OpenLayers, même si le composant à encore des progrès à réaliser (distinction des types de géométries dans les cartouches par exemple). Parmi les widgets on trouve encore un controle de zooms prédéfinis, ou un outil de recherche. Plus complexe, un composant geostatistique permet de réaliser des discrétisations à la volée à partir d’un flux GeoJSON. Ou encore de réaliser des calculs d’itinéraires en se basant sur les fonctions PgRouting de PostGIS développée conjointement par CampToCamp et Orkney. Voilà pour la partie cliente.

– d’autre part, une architecture serveur basée sur le framework python Pylons qui implémente des modules nécessaires au bon fonctionnement des widgets clients, ainsi que le reste de l’application web si nécessaire.

La version présentée aujourd’hui, et annoncée sur la liste openlayers-dev, est une alpha-release. Certes cela se voit, et le récent remplacement du framework js Dojo par Extjs a laissé quelques traces. Mais comment ne pas saluer une initiative qui :

– rappelle qu’une application cartographique sur le web ce n’est pas qu’un tuilage rapide, c’est aussi des données, l’accès à leurs attributs et à la modification de leur représentation.
– s’appuie sur des bibliothèques existantes qui ont fait leurs preuves dans leur domaine (OL, extJs, Pylons), sans chercher à réinventer la roue. C’est du KISS très DRY !
– s’ingénie à fédérer les énergies, non pas en proposant un environnement complet et fermé, mais plutôt une démarche, une dynamique et une boîte à outils.

Voici donc un petit poisson qui a toutes ses chances de devenir grand.

Il est pas beau mon MapFish ?
Étiqueté avec :        

Une pensée sur “Il est pas beau mon MapFish ?

  • 30 octobre 2007 à 21:40
    Permalien

    Effectivement, les démos sont intéressantes. Le choix d’OpenLayers et de Pylons me plait beaucoup. D’autant plus que WPServer de Christopher Schmidt et Howard C. Butler est également basé sur des traitements développés en Python côté serveur. Python commence à faire son trou dans le domaine de l’information géographique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.