TileCache est un logiciel qui permet de créer un cache local d’une ressource WMS locale ou distante (du point de vue d’un serveur), afin d’en optimiser l’accès. Il est d’une simplicité déconcertante et d’une efficacité redoutable. Si l’installation et la mise en route sont faciles, il faut quand-même faire quelques réglages pour obtenir des performances optimales. Je vous propose donc un petit résumé de ces étapes, inspiré d’un tutoriel en anglais et de mon expérience personnelle.

  1. L’installation

Simplissime ! Récupérez une archive des sources sur le site de tilecache (http://www.tilecache.org/), et décompressez-la dans un répertoire publié sur le web (/tilecache dans ce qui suit).

Autorisez l’exécution des cgi pour ce répertoire :

<Directory /usr/local/apache2/htdocs/tilecache>
AddHandler cgi-script .cgi
Options +ExecCGI
</Directory>

Editez le fichier tilecache.cfg et spécifiez un répertoire de stockage des dalles, par exemple :

base=/usr/local/apache2/htdocs/tileFolder

(NB : ce répertoire doit exister et être accessible en écriture à l’utilisateur apache).

Vous pouvez déjà tester en chargeant la page http://nom_du_serveur/tilecache/. Vous devriez voir apparaître une interface OpenLayers avec une carte du monde. Vérifiez le contenu de votre répertoire de stockage, vous devriez y voir un sous-répertoire « basic », nom de la couche WMS chargée par défaut, contenant des sous-répertoires numérotés.

Arrivé là, vous êtes déjà en train de mettre en cache les couches WMS que vous exploitez. Le reste n’est donc plus qu’une question d’optimisation.

  1. La configuration des ressources WMS.

Vous avez sans doute d’autres données à exploiter que les données proposées par défaut. Pour cela, il faut rajouter ces entrées dans le fichier tilecache.cfg, en commençant par le nom de la ressource (layername) entre crochets. A noter que le nom que vous donnez à la ressource est complètement libre, mais que c’est lui que vous devrez utiliser lors des appels à TileCache, depuis OpenLayers par exemple. Voici un exemple complet de configuration d’une ressource :

[geosignal]
type=WMS
url=http://www.geosignal.org/cgi-bin/wmsmap
bbox=-50000,1200000,1400000,2700000
extent_type=loose
extension=png
layers=RASTER4000K,RASTER1000K,RASTER500K,RASTER250K,\
RASTER100K,RASTER50K,RASTER25K,RASTER5K
resolutions=2116.666666667,1058.333333333,529.166666667,\
264.583333333,132.291666667,66.145833333,26.458333333,\
13.229166668,6.614583334,2.645833334,1.322916667
levels=11
srs=EPSG:27572

La pluplart des paramètres sont facilement compréhensibles. Après la bbox cependant, on trouve un extent_type=loose. Il sert à autoriser la création de dalles en dehors de la bbox. Pratique pour éviter les dalles roses dans OpenLayers, quand l’étendue de la carte est plus grande que celle de votre ressource. L’omettre pour forcer les requêtes à se situer dans la bbox. Quant aux résolutions, c’est une manière d’exprimer les échelles. On peut les calculer assez facilement (hmmm…) : les dalles par défaut font 256×256 px. Si les images issues du serveur WMS sont en 96 dpi, chaque dalle fera donc (256/96) = 2,666666667 pouces, soit 2,666666667 x 2.54 = 6,773333333 cm. Au 100000e, cela représente donc 6773,333333 mètres, ce qui ramène à (6773,333333/256) = 26,458333333 m/pixel. La résolution pour le 100000e est donc de 26,45833333, et on peut alors facilement calculer les autres par simple péréquation.

Une autre option peut s’avérer utile, c’est metaTile=true. Elle permet d’envoyer des requêtes sur de larges extents, qui sont ensuite redécoupées en 256 x 256. C’est pratique à plus d’un titre. D’une part c’est souvent plus rapide de faire une requête que 25 (la metaTile fait 5 x 5 dalles de base par défaut), même si l’image est plus grosse. D’autre part ça diminue le problème du chevauchement des labels entre dalles contigües, puisque cet effet de bord n’apparaît plus désormais qu’en frontières des grandes tuiles, donc 5 fois moins souvent (20 faces externes au lieu de 100). Elle nécessite cependant l’installation (si ce n’est pas déjà le cas) de la librairie Image de Python (http://www.pythonware.com/products/pil/) qui fait le travail de découpe. Malheureusement, elle ne gère pas les PNG entrelacés, et cette option ne pourra donc pas fonctionner si la ressource WMS diffuse ses images dans ce format. Pour MapServer, il faut ajouter un FORMATOPTION « INTERLACE=OFF » dans la définition de l’outputformat PNG.

  1. Optimisation 1, utiliser mod_python.

TileCache est un programme en python, configuré par défaut pour être exécuté en mode cgi, c’est-à-dire qu’Apache charge à chaque requête l’exécutable python qui traite le fichier tilecache.cgi. C’est un peu lent. Il vaut mieux charger python dans Apache avec mod_python (à activer dans la liste des modules du httpd.conf, ou à compiler et installer directement) car le fichier est alors directement interprété par l’extension python d’Apache, résidente en mémoire.

Donc ajoutez à votre fichier httpd.conf :

LoadModule python_module modules/mod_python.so

Pas de tilecache.py dans votre répertoire tilecache ? Il suffit en fait de renommer le fichier tilecache.cgi en .py . Il faut par contre aussi adapter votre httpd.conf. La configuration du répertoire tilecache devient :

<Directory /usr/local/apache2/htdocs/tilecache>
AddHandler python-program .py
PythonHandler TileCache.Service
PythonOption TileCacheConfig /usr/local/apache2/htdocs/tilecache/tilecache.cfg
</Directory>

Petite précaution : maintenant que python et tilecache.py sont résidents en mémoire, il vous faudra redémarrer Apache à chaque modification du fichier de configuration de TileCache, qui est devenu une sorte de prolongement d’Apache… Il vaut donc mieux avoir bien configuré toutes ses ressources avant cette étape.

Comparez à présent le fonctionnement de votre TileCache, les performances devraient être sensiblement supérieures.

  1. Optimisation 2, pré-remplir le cache.

L’intérêt de cette étape dépend du nombre d’échelles de vos données WMS, ainsi que de leur utilisation. Inutile de pré-générer la France au 5000e si peu d’utilisateurs s’en servent. Mais il est souvent agréable d’avoir les 2-3 premiers niveaux pré-générés. Pour ce faire, utilisez le petit programme tilecache_seed.py ainsi :

python tilecache_seed.py ‘url_du_serveur_WMS’ nom_de_la_ressource niveau_de_depart niveau_de_fin

ce qui donne pour notre ressource définie plus haut :

python tilecache_seed.py ‘http://www.geosignal.org/cgi-bin/wmsmap’ geosignal 0 2

Cela générera toutes les dalles pour les niveaux 0,1 et 2 de la ressource « geosignal », soit les trois premières résolutions décrites dans le fichier tilecache.cfg. Il faut bien veiller à utliser le même nom de ressource que dans le tilecache.cfg.

Une fois la pré-génération réalisée, l’affichage sur ces premiers niveaux devrait être beaucoup plus fluide.

  1. Optimisation 3, forcer le cache client.

Vous remarquerez toutefois qu’en revenant sur un niveau de zoom déjà consulté, les images sont le plus souvent rechargées depuis le serveur. Dommage puisqu’elles sont déjà dans le cache client. Mais celui-ci (le navigateur) ne sait pas qu’elles sont encore valides. Il faut donc l’aider à le savoir. Pour ce faire, il faut utiliser le module Apache mod_expires. Il n’est pas chargé par défaut, mais peut l’être facilement en dé-commentant ou ajoutant un LoadModule mod_expires dans le httpd.conf si vous avez un version packagée. Par contre, si vous avez compilé Apache vous-même, il faudra le recompiler avec les options –enable-headers –enable-expires. Oui, j’aurais pu le dire avant… Mais Apache est votre ami, lors d’une réinstallation, le make install n’écrase que les exécutables et préserve le fichier de configuration, les modules et le contenu de cgi-bin. Donc tout va bien.

Une fois l’installation réalisée, il faut régler la durée de mise en cache dans la configuration Apache du répertoire tilecache. Rééditez donc à nouveau le httpd.conf et ajoutez dans la section Directory concernant tilecache :

ExpiresActive on
ExpiresDefault « access plus 6 months »

La durée de mise en cache peut se régler finement. Voir la documentation du module Expires pour cela. Tout dépend de la durée de vie des données sources. Si elles sont soumises à une mise à jour quotidienne, on pourra se contenter d’un ExpiresDefault « access plus 6 hours » . A noter que ceci n’a aucune incidence sur le contenu du cache serveur. Donc si les données sont mises à jour quotidiennement, il faut également purger le cache serveur tous les jours !

A l’issue de cette dernière étape, comment dire, après quelques allers-retours entre niveaux de zooms différents, l’affichage devient quasi-instantané !

  1. Optimisation 4, simuler plusieurs serveurs.

La plupart des navigateurs n’effectuent pas plus de deux requêtes simultanées sur un même serveur, mais peuvent par contre en effectuer beaucoup plus vers plusieurs serveurs. En déclarant auprès de votre hébergeur de nouveaux noms de domaines (data1.myserveur.com, data2.myserveur.com, data3.myserveur.com…) pointant tous vers la même IP, les navigateurs pourront alors charger les dalles beaucoup plus vite, pour peu que l’application web que vous utilisez prenne en charge ce genre de requête. Avec OpenLayers il suffit de déclarer non plus une URL, mais un tableau d’URL :

wms_sigma = new OpenLayers.Layer.WMS( "TIGER",
["http://sigma4.openplans.org/tilecache-1.3/tilecache.py?",
"http://sigma3.openplans.org/tilecache-1.3/tilecache.py?",
"http://sigma2.openplans.org/tilecache-1.3/tilecache.py?",
"http://sigma1.openplans.org/tilecache-1.3/tilecache.py?"],
{layers: 'sigma' }, {numZoomLevels: 17});

Si avec tout ça vous allez encore moins vite que GoogleMaps, il ne vous reste plus qu’à acheter un serveur avec 36 Go de RAM et charger votre cache directement dedans. Car TileCache en est également capable !

Version PDF.

Optimisation de TileCache
Étiqueté avec :                

30 pesnées sur “Optimisation de TileCache

  • 11 décembre 2009 à 18:13
    Permalien

    Salut Guillaume, pourquoi ne pas ajouter aussi compression gzip pour les tuiles ?

    Je me demande pourquoi tu ne le mentionnes pas, perso je l’active pour TC.

    Merci de me répondre,

    Répondre
  • 11 décembre 2009 à 18:54
    Permalien

    Pour trois raisons :
    1. c’est de la pure optimisation apache
    2. ça ne sert à rien pour les png
    3. il n’y a pas de 3

    Répondre
  • 14 janvier 2010 à 11:39
    Permalien

    Bonjour et merci pour ces infos vitales… J’ai une petite question à la c… Mon hébergeur me déconseille fortement le mod_python en production. A près avoir lu l’article, vous imaginez ma tête.
    Alors est-il possible de simuler plusieurs serveurs sans activer ce module ?
    Merci.

    Répondre
    • 14 janvier 2010 à 11:47
      Permalien

      Tiens, il est rigolo votre hébergeur. Que ce ne soit pas facile à gérer sur du mutualisé, oui, car il faut relancer le serveur quand on vient de modifier le code. Mais sinon c’est très robuste.
      Mais sinon, c’est complètement indépendant des DNS. Crééz autant de sous-domaines que vous souhaitez, tous pointant vers votre accès cgi ou wsgi.

      Répondre
  • 22 juillet 2010 à 21:23
    Permalien

    Bonjour,

    Je suis également bloqué rapidement après l’installation. Lorsque j’essaie l’exemple de base, j’obtiens également des tuiles roses.
    Avec Firebug, j’obtiens ce message lorsque je survole une dalle :

    tilecache.cgi/?LAYERS=basic&FORMAT=image%2Fpng&SERVICE=WMS&VERSION=1.1.1&REQUEST=GetMap&STYLES=&EXCEPTIONS=application%2Fvnd.ogc.se_inimage&SRS=EPSG%3A4326&BBOX=-90,-90,0,0&WIDTH=256&HEIGHT=256%22%3E.

    Vous conseillez de mettre directement l’URL dans le navigateur mais j’ai du mal à comprendre le fonctionnement cgi. Que faut-il que je mette dans le navigateur ?

    PS : j’ai déjà une appli Postgis/Mapserver/Ol et j’arrive à afficher des couches grâce au protocole WMS mais de manière extremement lente

    Répondre
  • 4 novembre 2010 à 14:57
    Permalien

    Salut Guillaume ! Super article. Juste une petite question, nous avons besoin de modifier dynamiquement le fichier de configuration tilecache.cfg et pas de prise en charge des modifications sans rechargement d’apache (normal). Donc, si on met le expiration à une minute pour prendre en charge ces modifications dynamiques du fichier de configuration, est ce que tilecache jouera toujours son rôle ?

    Merci

    Répondre
  • 4 novembre 2010 à 15:11
    Permalien

    Salut Larrys,

    Une approche simple serait d’utiliser Tilecache en cgi ou en wsgi, car c’est mod_python qui interdit les modifications en cours d’exécution (puisque tout est chargé en mémoire par apache).
    Sinon ça dépend un peu de ce que tu veux faire réellement. Mais jouer sur l’expiration ne fera que forcer la régénération de la tuile, sans que les modifications de la configuration TileCache ne soient prises en compte. Par contre, si ce sont les données qui sont modifiées, ou les paramètres de publication WMS (style…), la nouvelle tuile sera bien mises à jour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.