L’Ordnance Survey, agence géographique nationale britannique, dévoilera début 2008 OSOpenSpace, une application de cartographie couvrant l’Angleterre, l’Ecosse et le Pays de Galles et disposant d’une API ouverte permettant de créer ses propres applications à partir des données de l’agence :

  • Les contours des îles britanniques
  • la MiniScale ® :Exemple de MiniScale
  • le Raster couleur au 250000e :Raster 250000
  • le Raster couleur au 50000e : Raster 50000
  • L’OSStreetView ® au 10000e : raster 10000

Les conditions d’utilisation sont cependant assez restrictives. Seul un usage non-commercial est autorisé (‘There can be NO FORM of financial gain’, ce qui interdit par exemple le placement de publicités sur la page), le nombre de dalles quotidiennes est limité à 30000 et le nombre de recherches d’adresses à 1000 par jour. 30000 dalles par jour, ce n’est pas beaucoup. Sur une carte simple de 3 x 3 dalles, cela ne fait que 3333 cartes que l’on peut proposer, soit 10 cartes (incluant les zooms etc) à 333 utilisateurs différents. Ca reste sufifisant pour un site tel que celui-ci (sic), mais très handicapant pour quiconque visant une large audience. Le FAQ indique benoîtement qu’on peut les contacter en cas de dépassement des quotas ! Sans doute pour évoquer la répartition du business !

Le plus amusant est qu’on apprend aujourd’hui via la liste de diffusion d’OpenLayers que cet OpenSpace est bâti sur la célèbre API OpenSource de cartographie. Dans un mail de remerciements à l’équipe de développeurs d’OpenLayers, l’OrdnanceSurvey indique qu’ils ont pris le code OpenLayers tel quel, puis y ont ajouté quelques nouvelles fonctionnalités (meilleur support des marqueurs par exemple, ou support amélioré des projections britanniques).

Donc voilà des gens qui utilisent une API complètement OpenSource, en brident l’utilisation pour ne pas qu’on utilise trop leurs données, l’améliorent mais gardent le code pour eux. Joli coup ! L’IGN a désormais au moins un exemple de ce qu’il ne faut pas faire !

OSOpenSpace exploite OpenLayers
Étiqueté avec :    

2 pesnées sur “OSOpenSpace exploite OpenLayers

  • 15 décembre 2007 à 11:45
    Permalien

    ça n’aurait pas pu arriver si openlayers avait choisi une licence GPL et non BSD. Cela démontre l’importance de ce choix crucial pour un projet libre.

    Répondre
  • 15 décembre 2007 à 18:08
    Permalien

    Vous n’avez pas tort. Légalement la démarche d’OS est inattaquable. Reste que moralement, et de la part d’une grande organisation gouvernementale, ne pas reverser les améliorations produites et laisser sur la liste OpenLayers un message disant « vous faites un boulot fantastique les gars, merci ! » est plus que discutable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *